Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2014

Dernière ligne droite

ce que je n'aurais pas du voir - Copie - Copie - Copie.jpgJe suis en train d'écrire le dernier chapitre d'un nouveau polar, troisième tome des aventures d'Arthur, le personnage principal de Ce que je n'aurais pas dû voir et Surgi du passé. SurgiPasseCV.jpg

Ce n'est pas le chapitre le plus facile à écrire, car la fin ne doit pas décevoir le lecteur, qui s'est posé de nombreuses questions tout au long du récit, mené par le bout du nez par de fausses pistes, qui a approché sans le savoir des indices qui lui permettaient de se rapprocher du coupable.

Aller, encore 10000 signes à écrire!

Du rythme, toujours du rythme, encore du rythme!

Des éditeurs m'ont parfois reproché de mettre du temps à démarrer l'action, dans mes récits. C'est pourquoi, au fur et à mesure de mes publications,  (notamment dans mes deux polars) j'ai fait en sorte que l'enquête démarre au plus tard dès le 2ème chapitre.

Pour Engrenage fatal (titre provisoire), qui sortira en avril 2015, je me suis lancé un défi: non seulement que l'intrigue démarre dès le 1er chapitre, mais que le rythme soit effréné (Waouh, je n'ai pas peur des mots!) du début jusqu'à la fin. Que chaque chapitre apporte un nouveau rebondissement jusqu'au dénouement.

Ce sera à vous de juger si j'ai réussi mon pari ou non.

18/09/2014

Que pensez-vous de ces livres?

Affiche V Minotaure (1).jpg

Je parle des livres du prix Minotaure. (Si vous voulez savoir de quoi il retourne, cliquez sur le lien "prix Minotaure", dans la colonne de gauche de mon blog).

Si vous en avez lu un ou plusieurs, n'hésitez pas à dire ce que vous en pensez en déposant un commentaire.

L'expérience du temps

Le titre est un peu pompeux! Mais si vous écrivez, vous connaissez cette expérience. Une action qui durerait quelques minutes, dans la vie réelle ou même une poignée de secondes, mais qu'on a parfois tant de mal à écrire qu'il faut des jours entiers pour la décrire. Utiliser les mots justes, la bonne tournure de phrase pour qu'effectivement, le lecteur se laisse embarquer.

Si j'en parle ici, c'est que j'ai mis un bon bout de temps à écrire une scène assez courte, puisque si elle se déroulait dans la vie réelle, elle durerait à peine 5 minutes. Mais c'est une scène importante de mon roman, proche de la fin, composée essentiellement de dialogues. Et comme à chaque fois, il faut que ça sonne juste, comme si cet échange était le fait de deux personnes réelles, qui se répondraient du tac au tac, comme on peut le faire dans une conversation.

 

16/09/2014

Lien vers ce blog

Sivous aviez mis le lien de mon ancien blog sur votre site, n'hésitez pas à le changer pour celui-ci, puisque je ne publierai pas d'autres articles sur Overblog, à cause de la pub.

A ce propos, je pense que de nombreux blogueurs écrivains ont quitté cette plate-forme, pour cette même raison. Je ne suis pas certain que le choix d'Overblog soit le plus pertinent.

Je ne sais pas vous, mais personnellement, je me sens agressé quand des fenêtres de pubs s'ouvrent et clignotent sur les contenus des blogs.

Par contre, j'avais demandé à Hautetfort de transférer le contenu de mon ancien blog ici, mais depuis 3 semaines, c'est silence radio, alors qu'une réponse est censée être apportée dans les 8 jours. Et un second message est resté sans réponse également.

Toc!Toc!Toc! Il y a quelqu'un d'humain derrière cette plateforme ou c'est un androïde qui contrôle tout??

14/09/2014

Una bruja horriblemente guapa/hermosa

 

"UNA BRUJA HORRIBLEMENTE GUAPA" es un libro de Christophe Miraucourt con ilustraciones de Elisabeth Schlossberg, de la Editorial Ala Delta.


Bellaniní era una bruja muy guapa. Y esto era la cosa más horrible que le podía pasar a una bruja. Sus padres la querían muy tiernamente cuando nació, y eran los únicos que no se daban cuenta de su belleza. Toda la familia cuando nació fue a verla y para disimular le decían cosas como ésta: "Es tan fea como una oruga".

Cuando Bellaniní creció, sus padres no pudieron ignorar su belleza. Intentaron hacerla fea poniéndole cremas asquerosas en la cara y en el pelo. Pero Bellaniní cada día era más guapa.

Los padres de sus amigos no querían que sus hijos jugaran con ella porque era muy guapa. En el colegio su profesora era alérgica a la belleza y siempre la castigaba dentro del armario.

La madre de Bellaniní no podía hacer hechizos para que ella fuera más fea, porque las brujas que hacen hechizos a otras brujas pierden sus poderes.

Cuando cumplió 15 años, vinieron muchos príncipes para casarse con ella atraídos por su fama. Aunque al final todos querían dinero y riqueza, ella los convertía en sapos.

Un día, llegó un príncipe que sólo quería casarse con ella. Bellaniní le hizo pasar unas pruebas, y le creyó. Le llevó a su colegio de brujas y cuando su profesora vio al príncipe dijo que lo iba a convertir en comida para gatos. Bellaniní se adelantó y la convirtió en una araña. Así, la joven brujita perdió sus poderes mágicos, y a partir de ese instante sería una persona normal. A pesar de esto, el príncipe la quería igual.

Bellaniní y el príncipe se casaron, y fueron muy muy muy felices.

Este libro me ha gustado mucho porque era de brujas y príncipes. Os lo aconsejo.

 
Photo 073.jpg

10/09/2014

Engrenage fatal

Voilà une note qui va faire plaisir à certains de mes lecteurs, je pense, notamment aux élèves de 6ème et de 5ème que j'ai rencontrés au cours de l'année scolaire dernière et à qui j'ai lu le 1er chapitre d'un livre que j'étais en train d'écrire.

Souvenez-vous: ça commençait comme ça:

 


Chapitre 1 : Le jour où tout a basculé


Gothique. C’est le premier adjectif qui m’est venu à l’esprit quand la fille a poussé la porte de la boutique. Maquillage outrancier, habits de veuve dépressive – tunique noire sur un jean noir, bottes noires, lourde croix passée autour du cou, mitaines noires, cheveux couleur ailes de corbeau -  la vieillissaient de plusieurs années alors qu’elle devait avoir à peine plus de dix-huit ans.


Nullement impressionnée par le portrait de la femme à barbe accroché au mur ou par celui de l’homme élastique, elle s’est avancée jusqu’au comptoir.


Cinq ou six autres portraits insolites se succédaient ainsi jusqu’à l’atelier où mon père tatouait ses clients. Loin de les rebuter, ces phénomènes de foire les attiraient aussi sûrement que le sang attire les vampires.

 

Je peux donc annoncer officiellement que ce récit sortira en Heure noire, chez Rageot, sans doute au mois d'avril prochain.

Affaire à suivre!

 

08/09/2014

Sorgin bat ikaragarri polita

azalak.jpgJ'ai trouvé une gentille critique de mon histoire, ici:

http://www.galtzagorri.org/fitx/irudiak/Sorgin%20bat%20ik...

Bon évidemment, si vous ne parlez pas le basque, ça va être un peu difficile à traduire. Mais l'auteur cite aussi Giani Rodari - dont je suis fan- dans sa critique et ça me fait très plaisir de comparer mon travail au sien. (toute proportion gardée, hein, car j'ai beaucoup d'admiration pour ce grand auteur italien).

07/09/2014

Salon du livre à la Ferté sous Jouarre

mediathèque.gifCe sera mon 1er salon de cette rentrée scolaire.

La date: samedi 11 octobre, de 10h à 18h

Le lieu: je crois que vous l'aurez trouvé par vous-même!

Les invités: les auteurs du 77 (et ça tombe bien, j'habite la Seine et Marne. Quelle coïncidence!)

J'espère avoir la chance de vous y rencontrer.

01/09/2014

A la découverte de la terre et de l'univers

DSC03735.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un article très sympa ici: http://samuserensemble.canalblog.com/archives/2014/08/29/...

s'intitulant "Des ressources pour s'amuser ensemble."

Ca fait plaisir parce que j'y ai passé beaucoup de temps.