Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/09/2017

Crime tattoo

Crime-tattoo.jpgUne critique sympa, découverte sur le blog Au bordel culturel.

L’entrée de Pauline dans l’atelier de tatouage du père d’Antoine fait basculer la vie du jeune homme. D’abord, il assiste à une tentative de kidnapping. Ensuite, alors qu’Antoine essaye de mémoriser la plaque minéralogique de la camionnette, l’atelier de son père explose. L’adolescent pense avoir assisté à l’enlèvement de la jeune femme, pourtant il découvre bientôt qu’elle tente de le sauver. Le sauver de quoi ? Antoine ne le sait pas et ne comprend pas pourquoi des inconnus sont à sa recherche…

A seize ans, Antoine est un adolescent quelconque qui vit à Paris. Pourtant, sa rencontre avec Pauline, jeune femme tatouée, fait basculer son quotidien. Après l’explosion de l’atelier de son père, Antoine est orphelin et découvre qu’une menace invisible plane sur lui. Quel est le lien entre l’explosion et son père ? Pourquoi semble-t-on lui vouloir du mal ? Qui est Pauline ? Que cache-t-elle ? Est-elle vraiment innocente ? Antoine cherche des réponses. Pour en trouver, il n’hésite pas à fuir Paris pour se rendre à Bonifacio. Cependant, son chemin est semé d’embûche, et, au fil des – mauvaises – rencontres, il ne cesse de perdre Pauline.

Crime Tattoo est un bon polar à découvrir dès 12 ans !

à lire ici

31/08/2017

La signature du tueur

La-signature-du-tueur.jpgUne critique sympa proposée par Frédérique Letilleul ici

Auteur de romans policiers à succès, Arthur est invité à la célèbre foire du Livre de Brive-la-Gaillarde pour rencontrer ses lecteurs.
Il y retrouve son meilleur ami Thomas, cloué dans un fauteuil roulant depuis qu’il a été victime d’un chauffard, et fait la connaissance de la jeune bénévole Anne.
Arthur alterne les séances de signatures et les discussions avec d’autres écrivains, dont le fameux Peter Wells.

Mais Thomas est agressé puis cambriolé.

Qui lui en veut à ce point ? s’inquiète Arthur.

Et pour quelles raisons ?

La signature du tueur propose une écriture fluide, à la fois rapide et précise avec une enquête palpitante : complexe et facile à suivre, pleine d’humour, de suspense et de rebondissements inattendus : impossible de deviner qui est le coupable avant les derniers chapitres. 

 Un clin d'oeil parfaitement drôle et réussi sur l'ambiance des salons du livre, des ressorts en autofocus qui permettent de faire des liens avec le roman l'écrivain mystère.

 Une lecture parfaite pour connaître tous les plaisirs et les ressorts du roman policier. 

 

 

28/08/2017

Crime tattoo

Crime-tattoo.jpgUne belle critique de BettyRose Books. C'est ici que ça se passe.

Et tant qu'à faire, une seconde critique venant du Québec, de Sophielit

01/07/2017

Incendies en série

25317_EnqueteAvecLea_T2_Incendies_IlluHD.jpgUne chouette critique ici: une faim de loup

14/05/2017

Le meilleur des mondes

meilleur des mondes.pngCa fait du bien de relire ses classiques. J'avais lu ce roman il y a au moins trente ans et j'ai redécouvert avec plaisir tout ce que j'avais oublié. La description de la civilisation y est puissante et certains passages, comme la discussion entre le grand administrateur et le Sauvage, particulièrement cyniques.

A consommer sans modération... comme le soma?

03/05/2017

Nuit

nuit.jpgJ'ai adoré les livres précédents de Bernard Minier. Glacé, Le cercle, N'éteins pas la lumière, Une putain d'histoire.

Du coup, quelle déception fut ma lecture de ce nouvel épisode de son commissaire fétiche, Servaz. L'intrigue est tarabiscotée ( quand on a fini, on se dit tout ça pour ça. C'est tellement compliqué que ça a du mal à passer.)

Bernard Minier jalonne également son roman de tout un tas de statistiques dont le lecteur n'a que faire (si ça m'intéresse, j'irai sur Wikipédia). Ainsi, page29, 34% des meurtriers ne sont pas au chômage, 89 % sont des hommes et 46 % sont sous l'influence de l'alcool au moment des faits. Page 89, Toulouse accueille 19000 nouveaux habitants chaque année, elle possède 95789 étudiants, 12000 chercheurs etc. Et c'est comme ça tout au long de l'enquête.

Certains passages du livre font penser à du remplissage, comme celui où Servaz retourne sur les lieux où se trouvait l'institut de Glacé. Ca n'apporte rien et c'est le cas d'autres moments. Pareil pour les deux trois scènes de sexe qui sont décrites. Elles ne sont pas vraiment nécessaires.

La trame elle-même est différente des autres tomes, où le roman se  focalisait sur l'enquête, d'une façon un peu linéaire. Ici, on découvre et on suit des personnages dont on ne sait pas vraiment quel sera leur rôle et pour ma part, ça a nui au suspense.

Mon conseil, si vous ne l'avez pas encore acheté: attendez la version poche ou empruntez-le en bibliothèque.

Mon espoir: que le prochain "Minier" sera à la hauteur du 1er tome.

22/03/2017

Un géant de tendresse

géant.jpgVoilà un roman jeunesse que vous  ne serez pas prêts d'oublier, pour peu que la cause animale, la déforestation et l'écologie vous tiennent à cœur.

Laura Millaud se sert de son héroïne, Clothilde, pour évoquer - entre autres -  le massacre des gorilles (ici au Congo).

Clothilde va déjà devoir affronter le dépaysement lié à au continent africain qu'elle découvre. Puis elle fera de belles rencontres qui la feront grandir, la pousseront à réfléchir sur ses comportements de jeune consommatrice européenne et s'opposera à des braconniers avec l'aide de ses amis.

Elle et sa mère apprendront aussi à mieux communiquer.

C'est un beau roman qui traite de sujets profonds. Le format du livre est agréable, les illustrations sont de Anbleizdu.

Vous pouvez aller sur le site de Laura Millaud en cliquant sur le lien qui figure dans la catégorie "Auteurs" de mon blog.

10/02/2017

Desespérate house men

Envie d'aller au théâtre pour passer une excellente soirée? Je vous propose cette pièce:

desesperate house men.pngComédie romantique? Pas vraiment. Mais drôlissime. La salle était bondée et les rires se sont enchainés du début à la fin.

 

 

 

 

 

 

 

 

desesperate.pngChaque acteur incarne un type d'homme bien défini et celui qui est à gauche sur la photo joue parfaitement le bon pote bas de plafond.

Bon, vraiment, si vous voulez rire, ne manquez pas cette pièce.

 

 

Le théâtre se trouve juste en face de:

20170209_211742.jpg

01/12/2016

Critique Enquête avec léa

enquete avec léa couv.jpgUne chouette critique sur ce site: http://la-licorne-a-lunettes.fr/index.php/2016/11/14/enquete-avec-lea/

11/09/2016

La signature du tueur

couv signature du tueur.jpgUne nouvelle critique signée El Marco sur le site Polar pourpres.

ici

 

 

 

 

Très jeune auteur de romans policiers, Arthur Thaur se rend à la foire du livre de Brive pour des séances de dédicaces. Sur place, il y retrouve un ami, Thomas, ayant perdu l’usage de ses jambes depuis un mystérieux accident qui a coûté la vie à sa mère. Alors qu’il s’apprête à participer à un match de sport, Thomas est agressé par un homme cagoulé. Qui est cet inconnu et pourquoi l’adolescent est-il devenu une cible ?

Troisième ouvrage de la série consacrée à Arthur Thaur après Ce que je n’aurais pas dû voir et Surgi du passé, ce Signature du tueur charmera sans mal les fans de Christophe Miraucourt. L’écriture y est simple et efficace, et l’ensemble est amplement accessible. Le suspense y est intelligemment bâti, les suspects ne manquent pas, et l’on prend un réel plaisir à suivre l’enquête que mène Arthur. Ses déductions sont habiles, et les narrations qu’il écrit au fur et à mesure du récit, où il consigne sur un traitement de texte ses hypothèses et autres versions des faits, constituent autant d’intelligents petits entractes. Si le dénouement n’est pas, en soi, remarquable d’originalité, il est néanmoins intéressant et crédible, et l’on se régale des répliques très drôles de Thomas, toujours ironique et malicieux quant à sa paraplégie.

Un nouvel opus enthousiasmant à porter au crédit de Christophe Miraucourt, qui ne cesse de séduire le jeune lectorat.