Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/08/2016

La vie en rose

Parfois, pour voir la vie en rose, il suffit d'une photo en noir et blanc...

CSC_0543.JPG

De l'espace

Pour écrire, j'ai besoin d'espace.

DSC_0834.JPG

19/08/2016

Savoir pimenter son récit...

DSC_0595.JPGsorry...

22/11/2014

Bon cru

Ca n'est pas la 1ère fois, mais chaque fois, ça m'amuse. Certains livres d'occasion coûtent 8 à 10 fois le prix normal, comme ma princesse qui s'affiche à presque 50 euros. Est-ce qu'il y a vraiment des gens qui dépensent cette somme?

Sur le même site, Ce que je n'aurais pas dû voir est en vente, neuf, à 7,30 euros et d'occasion frôle les 50 euros, lui aussi.

princesse 1000 caprices amazon.jpg

14/11/2014

Cali Rézo, illustratrice

blog_sakari-640x330.jpg

Un petit coup de projecteur sur une illustratrice au style très affirmé, qui travaille pour l'édition jeunesse, mais pas que. Je reproduis ici une interview qu'elle a donnée aux éditions Rageot, il y a quelques temps. N'hésitez pas à aller voir son site, c'est surprenant.

 

Crezo.jpg

Banquises de feu renvoie à un paysage de froid et de glace. Est-ce un univers auquel vous êtes sensible ?
Cali Rézo : Dans la vie, je n’aime que le soleil et la chaleur… Mais côté illustration, tout m’intéresse ! Lorsque je dois représenter un univers créé par un écrivain, je me retrouve plongée dans ses descriptions et le monde se dessine d’abord dans ma tête, comme tout lecteur. L’étape suivante est de réussir à montrer de façon synthétique ma vision des choses en restant fidèle à l’auteur et en gardant impératifs techniques et commerciaux dans un coin de ma tête.

 

Quelles ont été les différentes étapes de la conception de cette couverture ?
C. R. : Je commence mon travail en lisant le roman à l’état de manuscrit. Ça paraît évident mais les illustrateurs n’ont pas toujours le temps de le faire ou ne reçoivent pas forcément le manuscrit en entier. Je lis vite et je peux ainsi me plonger vraiment dans l’histoire.
Je poursuis par une recherche de documentation : costume d’époque et accessoires (ici, une armure pour Sakari), paysages et animaux (sternes, ours, glace, neige…) et mode de vie (pour la façon de pêcher dans la glace par exemple).
Après je choisis un type de visage pour le personnage principal, surtout s’il s’agit d’une série où le héros revient dans différentes positions sur plusieurs couvertures. Il faut montrer en une seule expression son caractère de façon bien définie, capter le regard du futur lecteur, lui donner envie d’en savoir plus. Et bien entendu suivre les indications données par l’auteur et repérées au moment de la lecture : couleur de peau, cheveux, yeux etc.
Je propose à ce stade plusieurs croquis en couleurs.
A partir de la direction choisie par l’éditeur, je fais en général poser un modèle vivant pour avoir un éclairage cohérent et une série de photos avec tous les mouvements autour de celui qui a été déterminé.
En partant de toutes ces références, j’entame alors le dessin proprement dit.
Il y a souvent de petites modifications et après quelques allers et retours, l’image définitive est livrée afin d’être mise en page avec les typographies et titres.

 

 

 

Quelles sont vos techniques de travail (numérique, peinture, photos, montages…) ?
C. R. : Informations techniques : http://www.calirezo.com (rubrique « Infos »)

 

Le regard de Sakari en dit long sur le personnage… Quels sont les traits de caractère que vous avez souhaité faire passer à travers son portrait ?
C. R. : Sakari est déterminée, forte et très mature. On ressent vraiment ces traits dès le début du roman et j’espère même avant de commencer, en regardant la couverture !

 

Partagez-vous les mêmes préoccupations écologiques que l’auteur, Guillaume Lebeau ?
C. R. : À notre époque, il me paraît  Incroyable que l’on puisse ne pas avoir de préoccupations écologiques. La terre est tellement abîmée par l’humain, pressée comme un citron, salie et meurtrie… J’espère que ce que l’on apprend à nos enfants et la façon dont on leur fait prendre conscience des limites de la planète apportera un avenir plus intelligent… Mais si l’on reste réaliste, l’avenir proche n’a rien de réjouissant, hélas.

 

Vous exercez dans différents domaines d’activités.  Aimez-vous travailler pour l’édition jeunesse ?
C. R. : J’aime plus précisément le secteur adolescent, qui s’est développé ces dernières années en France. Le fait que je puisse avoir avec ma fille de 13 ans des discussions à propos de mon travail ajoute à mon intérêt bien entendu. Histoires nouvelles ou rééditions de livres déjà parus ou maintenant traduits de l’anglais me permettent de creuser mon travail sur le portrait et l’humain puisque par bonheur pour moi, les couvertures d’ouvrages s’axent désormais plus sur la psychologie et le caractère des personnages que sur de grandes scènes édifiantes.

http://www.calirezo.com/cali2014/blog/

07/10/2014

Lire c'est Partir

Je relaie un appel de Lire c'est partir (vous savez, les livres à 80 c);

Bonjour amis fidèles de Lire C'est Partir !
Petit message pour coup de pouce. Si dans vos agendas, vous avez contacts d'enseignants dynamiques (maternelle, élémentaire) ou d'inspecteurs ou encore d'associations sur la Corse, susceptibles de nous aider à organiser distributions/Ventes sur l'ile de beauté, merci de nous contacter sur mail suivant : sandrinefrentzLCP@gmail.com ou en M.P.

Si vous ne connaissez pas encore LCP: http://www.boutique-lirecestpartir.com/index.cfm