Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/10/2015

La malédiction de l'auteur

Elle me poursuit et jusqu'à présent, je n'ai pas réussi à m'en débarrasser. Cette malédiction me poursuit chaque fois que je prends un train pour revenir chez moi, après un salon du livre. Si vous suivez un peu ce blog, vous avez pu lire différents obstacles qui se sont ligués contre moi, à chacun de mes retours:

- obus de la seconde guerre mondiale découvert à proximité des voies, en région parisienne: trafic totalement interrompu dans le secteur toute une journée

- transformateur qui brûle: toutes les lignes côté est de Paris interrompues pendant des heures

- rail "défait" sur une ligne de métro: dernier train pour Coulommiers raté

- travaux sur la ligne de Coulommiers + grève des chauffeurs de car etc.

Le trajet pour revenir d'Avignon n'a pas dérogé à la règle. le train devait être sans arrêt jusqu'à Paris. Mais alors pourquoi s'est-il arrêté à Lyon? Parce qu'il y a eu un soucis sur la voie. Puis le train repart au bout de 10 minutes (rien n'est perdu, donc, puisque j'avais initialement 45 minutes pour effectuer le trajet entre la gare de Lyon et la gare de l'Est alors qu'il n'en faut qu'une vingtaine. J'étais donc large.)

Puis une heure plus tard, on nous annonce que le train est obligé de rouler plus lentement et que nous aurons 25 minutes de retard. Ce qui veut dire que j'ai juste le temps de débouler du train pour tenter de choper le métro.

Ce que je fait. Tel un sprinter, je m'envole sur le quai, je glisse sur les escalators, je me faufile dans les escaliers, je me propulse dans la rame. Rebelote car évidemment j'ai un changement. Mon train est à 16, il est 15, je dois encore grimper un escalier, jeter un coup d'œil furtif sur l'écran qui m'indique mon quai (j'ai déjà mon billet parce qu'en général, je n'ai jamais le temps pour l'acheter au dernier moment), je cours telle une gazelle - ou un gnou, je ne sais pas très bien- j'entends la sonnerie qui retentit au moment où je passe mon billet dans le tourniquet, encore quelques pas et je m'engouffre dans le dernier wagon.

Je m'effondre sur un siège. Les portes se referment. Le train s'ébranle. Je suis liquéfié.

Le pire, c'est que je remets ça le mois prochain pour aller à la foire du livre de Brive la Gaillarde...

15/08/2015

Vacances

Quel genre de vacances préférez-vous?

DSC_0901.JPG

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0904 - Copie.JPG

03/08/2015

Petit polar

DSC_0937.JPGJ'ai profité de mes vacances du côté de Narbonne et Béziers pour écrire un petit polar. Profiter du soleil pour écrire, c'est un vrai luxe!

Je vais maintenant poursuivre l'écriture d'un autre polar mais cette fois-ci, plutôt destiné aux ados.

02/08/2015

Propice à l'écriture

DSC_0837_compressed.jpg

(cliquer sur les photos pour les agrandir)

Si vous êtes fan de télé, vous reconnaitrez peut-être ce fameux jardin.

 

 

 

 

 

DSC_0925_compressed.jpgUne ville en trompe-l'oeil?

 

 

 

 

 

 

DSC_0946_compressed.jpgNon, ce n'est pas la Corse mais c'est quand même joli.

 

 

 

 

 

 

DSC_0954_compressed.jpgMariage entre modernité et patrimoine historique

 

 

 

 

 

 

DSC_0965_compressed.jpg

 

 

 

 

 

 

DSC_0970_compressed.jpgAutre ville, autre cathédrale

01/08/2015

Zen

DSC_0847.JPG

25/05/2015

De la terre à la lune

DSC_0761 - Copie.jpg

(cliquer sur les images pour les agrandir)

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0762.jpg

 

 

 

 

 

 

DSC_0764.jpg

 

 

 

 

 

 

DSC_0793.jpg

 

 

 

 

 

 

DSC_0802.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0804.jpg

 

 

 

 

 

 

DSC_0815.jpg

30/04/2015

Les calanques mais pas que

DSC_0480.jpg

(cliquer sur les photos pour les agrendir)

 

 

 

 

 

 

DSC_0661 - Copie.jpg

 

 

 

 

DSC_0712.jpg

 

 

 

 

 

 

DSC_0714.jpg

 

 

 

 

 

 

DSC_0728.jpg

 

 

 

 

 

 

DSC_0521.jpgLa Ciotat

 

 

 

 

 

 

DSC_0568.jpg

 

 

 

 

 

 

DSC_0577.jpgMarseille sous l'oeil vigilant de Notre Dame de la Garde

 

 

 

 

 

 

DSC_0595.jpg

 

 

 

 

 

 

DSC_0635.jpg

 

17/04/2015

Le mystère du banc

Pendant mon séjour en Vendée, j'ai passé un peu de temps à Montaigu. Je me suis baladé dans un parc, près des remparts, et c'est là que j'ai remarqué ce banc.

DSC05902.JPG

 

Quand on s'assoit, on a une vue sur... rien. Quelques buissons et le toit des voitures qui passent dans la rue qui surplombe le parc.

 

(Cliquer sur les photos pour les agrandir)

 

 

Et si on se retourne, voici ce que l'on voit:

DSC05903.JPG

 

Une vue super sympa sur un ru qui serpente...

 

 

 

 

 

DSC05901.JPG... au pied des remparts.

Alors je vous le demande... Qui a eu l'idée saugrenue de placer ce banc dans le mauvais sens??????

11/04/2015

J'ai besoin d'un marabout!

Je reviens de Vendée où j'ai rencontré de très nombreuses classes de 4ème et de 5ème. Rencontres passionnantes que je vous raconterai plus en détail dans un prochain article.

Quand je reviens de mes interventions, j'ai toujours un problème de train, entre Paris et Coulommiers, qui transforme un paisible voyage en parcours du combattant.

Il y a eu cet obus, découvert en région parisienne, pour lequel toute la circulation ferroviaire a été interrompue. Une horreur pour rentrer chez moi. La fois d'avant, ma ligne de métro ne fonctionnait pas puis après avoir fait de nombreux détours pour me rendre gare de l'Est, j'ai appris qu'en raison de travaux sur la ligne de chemin de fer, il n'y avait pas de train et que les conducteurs de bus qui devaient faire la liaison étaient en grève. La fois d'avant, c'était un transformateur qui avait pris feu et du coup toute la circulation était paralysée.

Cette fois-ci, le trajet Montaigu-Nantes se passe super bien, idem pour le Nantes-Paris. Allais-je réussir à briser le maléfice?

J'emprunte le métro avec presque 15 minutes d'avance et soudain...

... soudain la rame s'immobilise et la voix de la conductrice retentit: "en raison d'un rail cassé sur la voie, la circulation est fortement perturbée."

Vous aurez compris la suite: le dernier train possible était à 21h16 et je l'ai raté, comme d'habitude. Ensuite la galère pour rejoindre le rer A, direction Chessy. Coup de fil à ma femme pour qu'elle vienne me chercher (c'est presque à 45 minutes de chez nous).

Alors je me dis qu'un marabout serait peut-être à même de me démarabouter? Parce qu'une déveine comme ça, ce n'est pas normal!

18/02/2015

Retour (compliqué) de Belfort

Dès que j'ai un moment je mettrai des photos pour illustrer les très belles rencontres avec les élèves de 5ème de plusieurs collèges du territoire de Belfort. Mais il faut d'abord que je vous raconte mon retour...

Je prends très rarement le train. En fait, uniquement pour me déplacer lors de rencontres ou de salons. La dernière fois, c'était en juin, pour participer à un salon près de Poitiers et le retour avait été aussi très rock and roll, depuis la gare de l'est: aucun train à cause de travaux + une grève des conducteurs de cars qui devaient servir de navette + plusieurs lignes de métro immobilisées, bref, le chaos!

Cette fois-ci tout se passe bien, mon TGV depuis Belfort est à l'heure, aussi bien au départ qu'à l'arrivée. Le métro fonctionne parfaitement. Arrivé à la gare de l'est, un panneau lumineux annonce que tous les trains sont annulés! Je ne le sais pas encore, mais un obus de la seconde guerre mondiale a été trouvé et par mesure de sécurité, plus un seul train n'est autorisé à circuler.

obus.jpgSeul plan B possible: récupérer le RER A et aller jusqu'à Dysneyland où ma femme viendra me chercher en voiture. Je reprends donc le métro et refais pratiquement le trajet que je viens de faire mais en sens inverse. Je récupère le RER bondé, évidemment, et je débarque à Disneyland.

Là, le bus est pris d'assaut, le seul taxi présent est assailli par des dizaines de personnes et bientôt, la circulation autour de la gare est devenue tellement difficile que la police  en interdit l'accès aux voitures. Des dizaines de voyageurs, comme moi, partent à pied sur la route.

Impossible pour ma femme de me rejoindre. Elle est garée le long d'un rond-point à des centaines de mètres de là avec plein d'autres voitures. Heureusement, le téléphone portable me permet de la localiser et de la rejoindre.

Nous partons enfin. Il nous aura fallu 1h30 contre 35 minutes en temps ordinaire. Je suis l'Indiana Jones des transports!