Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2016

Escapade en Espagne

DSC_0587.JPGVous voulez savoir ce qu'il y a dans vos tapas? Levez la tête!

23/07/2016

Le long des golfes clairs

DSC_0514.JPG

 

 

 

 

 

DSC_0521.JPG

 

 

 

 

 

DSC_0518.JPG 

 

 

 

 

 

 

22/07/2016

Au-dessus des nuages...

... se trouve le soleil. Enfin... je crois.

DSC_0465.JPG

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0498.JPG

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0460.JPG

21/07/2016

Savoir prendre de la hauteur

DSC_0369.JPG

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0365.JPG

20/07/2016

Les auteurs aussi ont besoin de vacances...

CSC_0409.JPG

 

 

 

 

 

 

CSC_0394.JPG

24/04/2016

Le soleil est dans le sud, c'est comme ça

DSC_0224_compressed.jpg(cliquer sur les photos pour les agrandir)

A St Paul de Vence, vous trouverez des galeries d'Art toutes les deux boutiques. Vous savez donc à quoi vous attendre. Sinon, village magnifique.

 

 

 

 

DSC_0241_compressed.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0229_compressed.jpgJe n'ai pas pu m'en empêcher...

 

 

 

 

 

 

DSC_0231_compressed.jpgEmouvant, non?

 

 

 

 

 

 

DSC_0228_compressed.jpgJ'adore! Au sol de l'église.

 

 

 

 

 

 

DSC_0242_compressed.jpgPorte-bonheur?

 

 

 

 

 

 

DSC_0266_compressed.jpgAntibes. De toute beauté. Une belle promenade à faire le long du cap. Sans hésitation.

 

 

 

 

 

DSC_0296_compressed.jpgHaut de Cagnes. Un village médiéval qui vaut le détour.

Le soleil est dans le sud...comme toujours

DSC_0062_compressed.jpg(cliquer sur les photos pour les agrandir)

La promenades des Anglais, vue depuis les hauteurs de la vieille ville.

 

 

 

 

 

DSC_0076_compressed.jpg

A Beaulieu sur Mer, pas très loin du casino, l'extérieur de la villa grecque Kerylos. Magnifique.

 

 

 

 

 

DSC_0099_compressed.jpg

L'intérieur de la villa

 

 

 

 

 

 

DSC_0135_compressed.jpg

A un quart d'heure de marche, la villa Ephrussi Rothschild

 

 

 

 

 

 

DSC_0113_compressed.jpgEnvie de vous baigner?

 

 

 

 

 

 

DSC_0140_compressed.jpgOu de poursuivre par une randonnée le long de la mer?

 

 

 

 

 

 

DSC_0176_compressed.jpgMonaco. Avec ou sans princesse, incontournable.

 

 

 

 

 

 

DSC_0206_compressed.jpgEn repartant de Monaco, passez par Eze, charmant village. Arrêtez-vous un instant dans son jardin exotique.

 

 

 

 

 

DSC_0202_compressed.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

28/02/2016

Embruns

DSC_0218.JPG(cliquer sur les photos pour agrandir)

 

 

 

 

 

DSC_0200.JPG

 

 

 

 

 

 

DSC_0250.JPG

 

 

 

 

DSC_0249.JPG

22/10/2015

J'irai revoir ma...

DSC_0013.JPG

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0023 - Copie.JPG

 

 

 

 

 

 

DSC_0041.JPG

 

 

 

 

 

 

DSC_0048.JPG

 

 

 

 

 

 

DSC_0057.JPG

 

 

 

06/10/2015

La malédiction de l'auteur

Elle me poursuit et jusqu'à présent, je n'ai pas réussi à m'en débarrasser. Cette malédiction me poursuit chaque fois que je prends un train pour revenir chez moi, après un salon du livre. Si vous suivez un peu ce blog, vous avez pu lire différents obstacles qui se sont ligués contre moi, à chacun de mes retours:

- obus de la seconde guerre mondiale découvert à proximité des voies, en région parisienne: trafic totalement interrompu dans le secteur toute une journée

- transformateur qui brûle: toutes les lignes côté est de Paris interrompues pendant des heures

- rail "défait" sur une ligne de métro: dernier train pour Coulommiers raté

- travaux sur la ligne de Coulommiers + grève des chauffeurs de car etc.

Le trajet pour revenir d'Avignon n'a pas dérogé à la règle. le train devait être sans arrêt jusqu'à Paris. Mais alors pourquoi s'est-il arrêté à Lyon? Parce qu'il y a eu un soucis sur la voie. Puis le train repart au bout de 10 minutes (rien n'est perdu, donc, puisque j'avais initialement 45 minutes pour effectuer le trajet entre la gare de Lyon et la gare de l'Est alors qu'il n'en faut qu'une vingtaine. J'étais donc large.)

Puis une heure plus tard, on nous annonce que le train est obligé de rouler plus lentement et que nous aurons 25 minutes de retard. Ce qui veut dire que j'ai juste le temps de débouler du train pour tenter de choper le métro.

Ce que je fait. Tel un sprinter, je m'envole sur le quai, je glisse sur les escalators, je me faufile dans les escaliers, je me propulse dans la rame. Rebelote car évidemment j'ai un changement. Mon train est à 16, il est 15, je dois encore grimper un escalier, jeter un coup d'œil furtif sur l'écran qui m'indique mon quai (j'ai déjà mon billet parce qu'en général, je n'ai jamais le temps pour l'acheter au dernier moment), je cours telle une gazelle - ou un gnou, je ne sais pas très bien- j'entends la sonnerie qui retentit au moment où je passe mon billet dans le tourniquet, encore quelques pas et je m'engouffre dans le dernier wagon.

Je m'effondre sur un siège. Les portes se referment. Le train s'ébranle. Je suis liquéfié.

Le pire, c'est que je remets ça le mois prochain pour aller à la foire du livre de Brive la Gaillarde...